Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Acide pentadécafluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que Portable Document Format (PDF), Microsoft Word et PowerPoint (PPT), visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

Statut des mesures de gestion des risques

En octobre 2016, le Règlement modifiant le Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2012) (les modifications) a été publié dans la Gazette du Canada, Partie II : vol. 150, no 20 - le 5 octobre 2016 (Version PDF - 4 185 Ko) et entrera en vigueur en décembre 2016. Les modifications interdisent l'APFO, ses sels et ses précurseurs ainsi que les produits qui en contiennent, sauf s'ils sont présents dans des articles manufacturés. Des dérogations temporaires et des utilisations continues sont accordées pour certaines utilisations lorsque l'élaboration de substances de remplacement est en cours ou qu'aucune substance de remplacement connu n'existe.

En avril 2015, le projet de Règlement modifiant le Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2012) (modifications proposées) a été publié dans la Gazette du Canada, vol. 149, no 14 - le 4 avril 2015 (Version PDF - 815 Ko), pour une période de commentaires du public de 75 jours prenant fin le 18 juin 2015. Les commentaires reçus durant cette période ont été pris en compte au cours de l'élaboration finale du Règlement. Les commentaires et la réponse du gouvernement sont présentés dans le Résumé des commentaires public reçus sur le Règlement modifiant le Règlement sur certaines substances toxiques interdites, 2012.

Un Document de consultation sur la mesure de gestion des risques proposée pour l'acide pentadécafluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs a été publié en janvier 2014. Les commentaires et la réponse du gouvernement sont présentés dans le Résumé des commentaires du public sur le document de consultation sur la mesure de gestion des risques proposée pour l'acide pentadécafluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs. Les commentaires reçus ont été pris en considération dans l'élaboration de la mesure de gestion des risques proposée.

En juin 2006, un avis de plan d'action pour l'évaluation et la gestion des acides perfluorocarboxyliques (APFC) et de leurs précurseurs a été publié dans la Gazette du Canada, Partie I : vol. 140, no 44, le 17 juin 2006 (Version PDF - 1 906 Ko) Le plan d'action comprenait des mesures pour empêcher l'introduction de nouvelles substances au Canada qui contribueraient au niveau d'APFC dans l'environnement et pour que l'industrie prenne des mesures afin de gérer les sources d'APFC qui sont déjà commercialisés au Canada.

À cette fin, une Entente volontaire sur la performance environnementale concernant la présence d'acides perfluorocarboxyliques (APFC) et de leurs précurseurs dans les produits perfluorés vendus au Canada a été signée le 30 mars 2010. Les signataires de l'entente sur la performance ont convenu de réduire de 95 % la quantité d'APFO et d'APFC à longue chaîne dans les composés chimiques perfluorés qui sont déjà commercialisés au Canada d'ici le 31 décembre 2010 et de les éliminer d'ici le 31 décembre 2015. L'entente sur la performance a été mise en œuvre comme une mesure rapide de gestion des risques vu qu'Environnement Canada et Santé Canada effectuaient une évaluation approfondie visant à orienter l'élaboration de futures mesures de gestion des risques.

Inscription de substances à l'annexe 1

Il a été déterminé que APFO, ses sels et ses précurseurs répondent à un ou plusieurs des critères énoncés à l'article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)] et ont été inclus dans le décret final visant l'inscription à l'annexe 1.

Évaluation préalable finale et approche de gestion des risques proposée

En août 2012, l'Évaluation préalable finale sur les acide pentadécafluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs a été diffusé et un avis relatif à cette diffusion a été publié dans la Gazette du Canada, Partie I, vol. 146, no 34, le 25 août 2012 (Version PDF - 14 539 Ko) pour une période de commentaires publics de 60 jours.

L'évaluation écologique préalable finale a conclu que l'APFO, ses sels et ses précurseurs répondent à un ou plusieurs des critères énoncés à l'article 64 de la LCPE (1999). De plus, il a été conclu que l'APFO et ses sels répondent aux critères de persistance mais ne répondent pas aux critères de potentiel de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. Néanmoins, le poids de la preuve est suffisant pour conclure que l'APFO et ses sels s'accumulent et se bioamplifient chez les mammifères terrestres et marins.

Une Approche de gestion des risques proposée pour l'acide perfluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs a aussi été publiée le 25 août 2012 pour une période de commentaires du public de 60 jours. Les commentaires et la réponse du gouvernement sont présentés dans le Résumé des commentaires public sur l'approche de gestion des risques proposée pour l'acide perfluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs. Les commentaires reçus ont été pris en considération dans l'élaboration de la mesure de gestion des risques proposée.

Ébauche d'évaluation préalable et cadre de gestion des risques

En octobre 2010, l'ébauche d'évaluation préalable sur l'APFO, ses sels et ses précurseurs, a été publié dans la Gazette du Canada, Partie I : vol. 144, no 42, le 30 octobre 2010 (Version PDF - 1 091 Ko) pour une période de commentaires publics de 60 jours. Un document sur le cadre de gestion des risques a été également diffusé en même temps que cette publication.

L'ébauche de l'évaluation préalable sur l'un des sels de l'APFO (no CAS 3825-26-1) et quatre précurseurs potentiel de l'APFO (Nos CAS 678-39-7, 53515-73-4, 65530-61-2 et 70969-47-0), a été menée en vertu de l'article 77 de la LCPE (1999), car ils répondent aux critères de catégorisation écologique de la persistance ou du potentiel de bioaccumulation et de la toxicité intrinsèque pour les organismes non-humains.

L'évaluation préalable de l'APFO, et les autres sels de l'APFO et les précurseurs potentiels, a été mené en vertu de l'article 68 de la LCPE (1999), car il n'a pas été montré qu'ils répondent aux critères de catégorisation écologique, ou qu'ils n'ont pas été catégorisées, puisqu'ils n'apparaissent pas sur la Liste intérieure des substances (LIS).

L'ébauche d'évaluation préalable a proposé de conclure que l'APFO, ses sels et ses précurseurs répondent à un ou plusieurs des critères énoncés à l'article 64 de la LCPE (1999).

Le gouvernement a examiné les commentaires obtenus et ceux-ci sont abordés dans l'évaluation préalable finale, et un Résumé des commentaires public concernant l'ébauche de l'évaluation préalable a été mis à disposition.

Contactez-nous si vous avez des questions ou des commentaires.